III Quelques noms, quelques récits

5. Des  Belges, des Hollandais, des Luxembourgeois, des Anglais, des Américains, des Canadiens et des Suisses

bullet

Joseph Besch, un Luxembourgeois

Je me suis évadé en 1941 pour échapper au S.T.O. et à l'enrôlement dans la Werhmacht. Un cousin s'était joint à moi  et nous avions l'intention d'essayer d'attendre l'Angleterre pour nous engager dans les armées alliées.
Hélas, Londres est loin...
Par l'intermédiaire du père Martzen, abbé luxembourgeois à Roanne, nous avons réussi à nouer des contacts avec des résistants locaux.

Grâce à ces contacts, il peut gagner le hameau des « Carriers » où il s'installe avec quelques autres jeunes gens dans une maison abandonnée. Ils ont alors pour mission de préparer un coin de repli pour d'éventuels résistants traqués.

Je suis donc un de ces Luxembourgeois qui constituaient l'embryon du futur maquis des « Carriers » 1
bullet

Yvonne Cormeau

Elle avait 32 ans quand elle fut recrutée comme agent du SOE. Elle fut parachutée en France et elle accomplit une centaine de missions. A la fin de la guerre elle reçut les médailles les plus honorifiques qui témoignent de son action dans la résistance: croix de guerre et légion d'honneur.

--------
notes:
1. Joseph Besch. Cité par Albert Oriol-Maloire. Hommes et combats dans la Loire

                                                    Mis en page par Arnaud Vilain 3°A

Précédente ] Début du dossier ] Suivante ]

Accueil de MEMOIRE-NET