Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Un parachutage tragique
Un parachutage tragique
 


15 août 1944 - Duerne - Monts du Lyonnais.

 
 

dimanche 20 février 2000 par Evelyne Marsura

" J’ai été réveillé dans la nuit par un bruit sourd immédiatement suivi d’une très vive lueur. Accompagné de quelques habitants, je me suis précipité sur les lieux de l’accident. Dans les débris de l’appareil en feu, nous avons retrouvé un membre de l’équipage très grièvement blessé. Les autres membres de l’équipage avaient tous été tués. Comme le jour commençait à poindre, je me suis mis à parcourir les alentours. A environ 400 à 800 mètres du lieu de l’accident, j’ai trouvé gisant au pied d’une meule de foin, un aviateur grièvement blessé..." [1]

(JPEG)
Lieu-dit : Les Croisettes - Duerne

Ce récit rédigé pour le rapport américain, rappelle cette nuit du 14-15 août, où un B-24 venu de Londres s’écrasait au Col de Duerne dans le Rhône. Sept des huit aviateurs terminaient ainsi leur combat dans une mission de parachutage de matériel destiné au maquis de Saint-Symphorien-sur-Coise. 

Il est environ 1h30 cette nuit-là, quand le B-24 n°42-40172 du 492ème Bomber Group de la 8ème Air Force approche de "Saphir", nom de code du terrain de Duerne. Le terrain de parachutage vient d’être déplacé à la demande du maquis. 

Comme c’est l’usage, l’avion a fait un premier passage sur le terrain pour pouvoir larguer au second passage son chargement. Mais l’altitude est alors trop basse : les parachutes ne peuvent s’ouvrir correctement et le matériel se disperse et se brise en partie. Dans la nuit noire, l’avion n’évite pas le sommet des arbres, puis le flanc de la colline. Quelques mètres, et la mission se serait accomplie sans incident ...   

(JPEG)
Le monument commémoratif du Col de Duerne fait face à la colline de l’accident.

Pour l’équipage, le largage sur "Saphir" est la dernière mission.
-  Richard R.Norton Jr, pilote
-  Connie O.Walker Jr, co-pilote
-  Llyod L.Anderson, navigateur
-  Benjamin Rosen, Bombardier
-  James H.Husbands, mécanicien-mitrailleur
-  Wayman B.Skadden, mitrailleur
-  William H.Moncy, Radio  reposent aujourd’hui au Cimetière militaire américain de Draguignan dans le Var.

(JPEG)
John W.Gillikin

John W.Gillikin a eu plus de chance. Retrouvé à l’écart de l’épave, blessé et brûlé, il a été pris en charge par les habitants, puis par les hommes du G.M.O Liberté, arrivés sur les lieux de l’accident au matin. Si ses blessures sont préoccupantes, il faut aussi éviter qu’il ne tombe entre les mains des Allemands.   Soigné à St-Martin-en-Haut , l’aviateur américain est le seul rescapé du groupe. [2] 45 ans après, il est revenu sur les lieux de l’accident et a retrouvé avec émotion habitants et anciens des maquis.

Page réalisée à partir du récit et des documents de Serge Blandin, à l’origine de nombreux monuments commémoratifs en souvenir des aviateurs tombés au moment des parachutages.

--------
notes :

[1] On sait aujourd’hui que ce sont en réalité le Lieutenant Jean Feuz et le Sergent Georges Bertillot qui étaient sur les lieux qui ont retiré de la carlingue en feu le radio William Moncy transformé en torche vivant. Le blessé a alors été transporté à l’hôpital de St-Symphorien où il ne survécut que quelques heures.

[2] On peut lire dans les "Chapeliers de Rodolphe" , Clément Fereyre, Lyon 1988, les souvenirs des Anciens du G.M.O. Liberté qui se rattachent à cet accident et à ce sauvetage. Les aviateurs décédés ont été enterrés en présence du maquis à St-Martin-en-Haut.



 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


]

.Le sabordage du Progrès de Lyon
.La peur des Mongols
.Les combats du 19-20 juin 1940 au Nord de Lyon
.Des aviateurs polonais à Lyon
.Francis Pradinaud. 11 août 1944, le dernier convoi de Lyon
.Le dernier abri anti-aérien de Lyon
.Les zouaves libérateurs d’Anse
...Retour à la rubrique

 

 


Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés