Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Dernière lettre de Léon Marlot, juillet 1918
Dernière lettre de Léon Marlot, juillet 1918
 



 
 

dimanche 2 décembre 2007 par Evelyne Marsura

Pauline, élève de 3eC, m’a remis cette lettre en cours en octobre 2007, en me précisant :

"Il avait 16 ans et habitait chez ses parents à Roubaix. Il faisait de l’espionnage. Il a été pris par les Allemands et emprisonné à Tournai. Il a voulu s’évader, a été repris et mis au cachot. On ne sait pas s’il y est resté longtemps.

Il a été fusillé le jour de ses 17 ans et n’a pas voulu qu’on lui bande les yeux. Il est mort en patriote.

Il y a une rue et une école à Roubiax qui portent son nom. Dans son école, il y a une grande plaque à son nom"


Tournai 23 juillet 1918
rue de la citadelle
41/2

Très cher papa, très chère maman,
Chers frères et soeurs

Vous dire la douleur horrible qui trouble mon âme est impossible, être entièrement envahi d’une immense émotion, mon être entier frémit et frissonne... Oh très chère maman console-toi je t’en prie, tant d’hommes meurent en ce moment, console-toi de la mienne. Oui je vais mourir ce soir, à huit heures je ne serai plus de ce monde et j’aurai quitté cette terre pour rendre compte à Dieu. Oh maman pardonne-moi les peines que je t’ai causées par mon indocilité ; je vous demande aussi pardon Chers frères et soeurs du mal que j’ai pu vous faire et du mauvais exemple que j’ai pu vous montrer. Je vous demande d’être bons, généreux, pieux et vertueux surtout que la vie n’est qu’un passage, aussi soyez toujours bons chrétiens, remettez entièrement votre vie dans les mains de Dieu, faites toujours sa sainte volonté, soumettez vous y toujours et vous gagnerez aussi le ciel. Je prierai pour vous là-haut, particulièrement pour toi chère maman et aussi pour toi mon cher papa. J’étais décidé à mener une vie tout autre que je l’avais menée jusqu’ici. Oh maman je te prie de redoubler d’affection pour mes chers frères que je n’ai pu hélas revoir une dernière fois. Je meurs content, victime de mon dévouement patriotique et réconforté par la sainte communion. Je vous donne rendez-vous au ciel.

Votre très affectionné fils et frère.

MARLOT Léon


(JPEG) La famille ne savait rien de plus. Grâce au CRID 14-18, j’ai pu entrer en contact avec les archives de Roubaix et de Tournai, obtenir une photographie de Léon Marlot et diverses pièces du dossier.

Conservé aux archives de Roubaix, un document précise :

1914. La première guerre éclate. Léon MARLOT quitte l’école Linné. L’invasion le met en contact, avec les Allemands, qui, en 1916, l’envoient dans les Ardennes, casser des cailloux sur les routes ; puis au camp d’aviation allemand de Noyelles près de Lens. (...)

La citation ci-dessous lui fut décernée :

Le Maréchal, Commandant en chef les Armées du Nord et de l’Est, cite à l’ordre de l’Armée :

MARLOT Léon de Roubaix.

Jeune Français, âgé de 17 ans. Alors que les Allemands voulaient le forcer à travailler à leurs lignes de la région de Lens, a tenté de s’évader vers les lignes alliées, emportant le plan de nombreux dépôts de munitions ennemis qu’il avait relevés.

Pris au cours de sa tentative d’évasion, jugé par un Tribunal militaire, a été fusillé à Tournai, le 23 Juillet 1918. A refusé d’avoir les yeux bandés, est tombé en criant « Vive la France ! »

La retranscription dans le registre de décès de Tournai de Léon MARLOT (né à Roubaix, le 05.04.1901- fusillé à Tournai, le 23.07.1918) n’en a été faite que le 24 mai 1919.

Le 28 août 1919, à la caserne Rucquoy à Tournai, à l’endroit où il a été fusillé avec 7 autres civils nordistes, est inaugurée la plaque commémorative du mur des Fusillés. Chaque année, le 1er avril, les Français fusillés sont honorés par une cérémonie à Tournai.



A lire, à visiter :


-  le site Mémoire des hommes donne la fiche de Léon Marlot né le 5 avril 1901, "Mort pour la France, victime civile, fusillé par l’ennemi", mort le 23 juillet 1918 à Tournai en Belgique.

-  Nos remerciements au service des archives de la mairie de Roubaix et aux archives belges de Tournai

-  ainsi qu’à Emmanuelle, Yann, Marie et au CRID 14-18 pour leur aide efficace et rapide.




 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


]

...Retour à la rubrique

 

 


Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés