Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Les brancardiers de la Croix Rouge - 1944
Les brancardiers de la Croix Rouge - 1944
 



 
 

lundi 22 février 1999 par Evelyne Marsura

Jeannot Rosa allait avoir 17 ans à la fin de l’année. Roger Barge avait 19 ans.

Les alliés étaient annoncés tout près, Givors ne tarderait pas à être libérée.

Pourtant, ce 23 août 1944, l’alerte résonne... C’est un nouveau bombardement.

(JPEG)
Jean Rosa. 1927- 1944

Comme à l’habitude, les brancardiers de la Croix-Rouge enfourchent leur vélo et s’empressent de rejoindre les quartiers touchés.

"C’était le chaos partout. La succursale du casino était en ruine. "se souvient Roger Barge.

Vers 14 heures environ, une dizaine d’Allemands se déploient en tirailleurs sur le pont des fainéants.

" Jeannot, lève vite ton drapeau, car ils seraient capables de nous tirer dessus."

Et ils tirent malgré le brassard et le casque de la Croix-Rouge. Roger saute dans la cave ouverte. Jean Rosa reçoit huit balles, tandis que Bardier est mortellement blessé.

(JPEG)
Un brancardier rue Victor Hugo - © Py

Jean Rosa a été transporté à l’hôpital. Le chirurgien ne cache pas que c’était presque inutile. Deux opérations sont portant tentées.

Francis Rosa dit à Jean :

- Tu vois, tu n’aurais pas dû descendre. Tu aurais dû écouter maman.

Jean répond :

- Je ne regrette rien, car si tout le monde restait chez soi, alors que deviendraient ceux qui sont sous les maisons démolies ?

Jeannot Rosa est mort vers 10 heures du soir. 

Son frère aîné, Francis, et Roger Barge se sont engagés quelques semaines plus tard au 1e Bataillon du Rhône.

Dans " Le Grand Givors" du Vendredi 29 décembre 1944, on lit :

Lorsque Givors se relèvera de ses ruines, je forme le vou qu’à l’emplacement où furent tués Rosa et Barbier, soit posée une plaque de marbre perpétuant la mémoire de ces deux jeunes Français, victimes de leur dévouement.



 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


]

.Sous les bombes de Caen : Philippe Bauduin
.En marge du « Fusillé souriant... » : le destin de Georges BLIND.
.Gabriel Veniat, secouriste de la Croix Rouge
.Les aviateurs du Lucky Lady
.Les prisonniers de guerre allemands
.Carnets de guerre et de captivité 1939-1945
...Retour à la rubrique

 

 


Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés