Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Des aviateurs polonais à Lyon
Des aviateurs polonais à Lyon
 



 
 

mercredi 19 février 2003 par Evelyne Marsura

L’article de Grzegorz Slizewki, auteur du livre"Les espoirs déçus", et de Christian-Jacques Ehrengardt dans la revue Aéro-journal ( Numéro 19 Juin-Juillet 2001) aborde un aspect local peu connu des débuts de la Seconde Guerre Mondiale.

1er septembre 1939. La Pologne est envahie et capitule en quelques semaines, mais de nombreux Polonais quittent leur pays pour poursuivre le combat ailleurs. Parmi eux, des aviateurs.

(JPEG)
27 mars 1940. Les premières patrouilles polonaises à Lyon Bron © Aero-Journal. 2001

Lyon-Bron devient l’une des bases attribuées à l’Aviation polonaise qui conserve encore cette appellation même si l’indépendance de ses escadrilles n’est pas vraiment acquise. Les contrôles d’identité, les sélections et l’instruction des personnels navigants s’éternisent. La langue mal maîtrisée est un obstacle. Les avions se font attendre. Aussi l’inactivité finit-elle par peser pour ces hommes déracinés en terre étrangère, mais impatients de reprendre le combat.

Et ce, d’autant plus que les conditions de vie laissent à désirer. La nourriture suffit à peine. Les aviateurs sont hébergés au Palais de la Foire, à l’emplacement de l’actuelle Cité Internationale dans des dortoirs improvisés. Le Rhône déborde , comme à son habitude, et les locaux sont inondés.

L’hiver 1939-1940 est particulièrement rigoureux : « En janvier, la température est tombée à - 18°C. Je ne sais pas pourquoi nous avons quitté le fort de Bron pour ces pavillons vitrés où quatre poëles ne servaient qu’à nous empêcher de geler », se souvient l’un des pilotes Edward Jaworski

(JPEG)
Décembre 1939. A l’intérieur du Palais de la Foire inondé © Aero-Journal. 2001 ( Col Stanislas Boczkowski)

Rapidement, l’accueil réservé par une France elle-même perturbée par l’afflux de refugiés et submergée à son tour par l’attaque allemande de Mai 1940 provoque déception et relations tendues.

Au delà de l’évocation des lieux et des actions des patrouilles polonaises finalement constituées, c’est toute la question des relations franco-polonaises qui est posée. Les Français n’ont-ils pas négligé une force qui a, par la suite, prouvé sa valeur en volant au sein de la R.A.F. ?

Evelyne Py. Juillet 2000 ( à partir de l’article pages 9 à 22 d’ Aéro-Journal N°19)- Les photographies ont été saisies avec l’accord de Christian-Jacques Ehrengardt.


Kazimierz Benz est l’un de ces aviateurs polonais

Kazimierz Benz est l’un de ces aviateurs polonais. Il est venu à Bron en 1940, puis a été affecté à la RAF. Sa famille recherche tous renseignements concernant ses activités et celles de son unité pendant la guerre.

(JPEG)

"I am the grandson of a Polish airman, Kazimierz Benz, who flew for France in 1940 after escaping from Poland. I have his ARMEE DE L’AIR - UNITES D’AVIATION POLONAISE identity card, No 82, showing him as a commandant, resident at Bron/Rhone.

After the fall of France, he escaped again to England, and flew with the RAF. He survived the war, and I have his Identity Card for the Federation Nationale des Combattants Volontaires, I have contacted the FNCV, and they cannot help me, their records no longer exist.

I would like to get more information on his postings and activities in France, before Dunkirk.

Could you help me, or help direct my inquiries ?" Merci de bien vouloir écrire à Victor J. Benz vbenz@datanet.ab.ca



 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


]

.Le sabordage du Progrès de Lyon
.La peur des Mongols
.Les combats du 19-20 juin 1940 au Nord de Lyon
.Un parachutage tragique
.Francis Pradinaud. 11 août 1944, le dernier convoi de Lyon
.Le dernier abri anti-aérien de Lyon
.Les zouaves libérateurs d’Anse
...Retour à la rubrique

 

 


Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés