Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Les convois de déportation de l’été 1944
Les convois de déportation de l’été 1944
 

Quand les derniers convois sont-ils partis de France ?

 
 

lundi 16 décembre 2002 par Evelyne Marsura

Des convois de déportation sont formés encore en août 1944 malgré les deux débarquements en Normandie ( juin 44) et Provence ( août 44) et les coupures multiples des voies ferrées.

-  La veille de la Libération de Rennes , le 2 et 3 août 1944, plus de 2000 personnes sont déportées vers l’Allemagne. 300 déportés seulement sont revenus vivants

-  Le 30 Juillet , un convoi est formé à Toulouse .

-  De Paris partent un convoi de déportés « politiques » le 15 août et un dernier convoi de déportés juifs le 17 août.

-  De Lyon, le 11 août part le dernier convoi de cette ville, le train 14166 formé de 10 wagons. Il arrive difficilement à destination le 22 août.

-  A la même époque, des prisonniers du Vernet, de la prison St-Michel de Toulouse, de Bordeaux sont successivement entassés dans un convoi qui restera dans les mémoires comme celui du « Train fantôme » . En raison des bombardements, des coupures de voies, le train erre de longues semaines dans le sud de la France et s’immobilise plusieurs fois. A Sorgues, le 18 août, il faut abandonner le convoi , marcher et former un nouveau train. Certains prisonniers parviennent à s’échapper pendant le transfert. Le nouveau convoi reprend sa route et arrive à Dachau le 28 août 1944.

-   Le 22 août 1944, un convoi à effectif restreint quitte Clermont-Ferrand vers Auschwitz.

-  Le 1er Septembre, un convoi quitte Tourcoing avec 1 250 prisonniers de la prison de Loos-lès-Lille dans la région Nord-Pas-de-Calais . Il est arrivé le 7 septembre à Sachsenhausen d’où ne rentreront que 130 déportés après la libération. .

-  Patrice Pruniaux précise ( voir ci-dessous) que "Le 24 octobre 1944, en fin d’aprés midi part de Belfort le train qui emporte Georges Blind, le "Fusillé souriant." Les derniers Déportés ont quitté Belfort le 21 novembre.


. Convois ou transports ? , envoyé le 14 décembre 2002, par Patrice PRUNIAUX  
Bonsoir Evelyne, bonsoir à tous. Il y a eu plusieurs départs de Déportés depuis Belfort dans le mois précédent la libération de la ville(22 novembre 1944.) Le 24 octobre, en fin d’aprés midi part le train qui emporte Georges Blind, le "Fusillé souriant." Les derniers Déportés ont quitté Belfort le 21 novembre. Un de ces déportés (il y en a peut-être d’autres) vit à Giromagny (90.) Je ne connais pas la composition exacte de ces trains. Jean Blind m’a expliqué hier aprés midi que pour son cas, les wagons étaient ammenés un par un, les Déporté embarqués, puis les wagons placés sur une voie de garage où ils furent assemblés avant le départ. Mes sources sont : Jean Blind, fils de Georges, lui-même déporté le 17 octobre, le livre de Christophe Grudler "Le fusillé souriant - Histoire d’une photo"" réédité en septembre 2002 édition Alan Sutton 37 St Cyr sur Loire. Si vous êtes interéssés, je peux avoir des compléments d’information. Bonne soirée à tous. Cordialement, Patrice.

. Derniers convois ? , envoyé le 17 décembre 2002, par Evelyne Py  

Daniel Letouzey signale sur H-Français une information donnée par Cécile V. :

Quelques convois sont partis de France après la Libération de Paris, dans des territoires non encore libérés :

De Belfort les 1 septembre pour Ravensbrück, 5 septembre pour Buchenwald, le 3 octobre pour Buchenwald.

De Tourcoing le 1 septembre pour Sachsenhausen.

De Dijon le 2 septembre pour Dachau.

De Metz le 12 novembre 1944 pour Dachau

source : Livre-mémorial des déporté(e)s parti(e)s de France, arrêté(e)s en application des mesures de répression prise par l’occupant ou le régime de Vichy, Fondation pour la Mémoire de la déportation, 2000, tome 9



. > Les convois de déportation de l’été 1944 , envoyé le 26 février 2003, par KAZANDJIAN Delphine  
Actuellement en maîtrise d’histoire à l’Université de Caen,mon mémoire consiste à étudier la déportation de répression après le débarquement américain. Je travaille actuellement aux archives du Ministère de la Défense ou’ nous retrouvons les dossiers des déportés. Cette étude m’a permis d’en savoir plus notamment sur le tragiquement célèbre Train Fantôme. D’autres convois sont en cours d’étude notamment le convoi du 28 juin 44 au départ de Bordeaux, direction Dachau ou encore le convoi du 30 juillet 44 au départ de Toulouse, direction Buchenwald. Toute information ou aide me serait très précieuse.Merci

. > Les convois de déportation de l’été 1944 , envoyé le 29 décembre 2003, par HUIN Pierre  
Bonsoir, Mon grand père HUIN Fernand, a été déporté par un convoi du départ de la gare de PANTIN le 15 août 1944 (informations données par l’association française buchenwald-dora et kommandos)- j’aimerai connâitre l’odyssée de ce train car il semble n’être arrivé à Buchenwald que le 20 août 1944- Avez vous des temoignages sur ce dossier. Merci d’avance pour votre réponse. Pierre HUIN

. > Les convois de déportation de l’été 1944 , envoyé le 14 janvier 2004, par PN  
Mon grand père paternel resistant dans le nord de la france st amand les eaux (ftp nord) faisait parti du dernier train de loos. Prisonnier au lycee wallon de valenciennes il fut deporte ensuite et executé. Je recherche des personnes ayant eut egalement des membres de leur famille prisonier sur Valenciennes (nord) puis deporté

. > le 3 août 1944, un dernier convoi de déportés quitta Rennes , envoyé le 24 février 2004, par Jean Paul Louvet  

Actuellement, je travaille sur les deux derniers convois qui ont quitté Rennes, la veille de la libération de la ville. Je voulais vous signaler l’adresse du site :

http://perso.wanadoo.fr/ac35/resistance/train44/train-3-8-44.htm

Nous sommes à la recherche d’informations concernant ce convoi.Ce train a été mitraillé par l’aviation anglaise à Langeais.



. > Les convois de déportation de l’été 1944 , envoyé le 22 mars 2004, par Louis Provostic  
Fils de Résistant déporté, j’étudie et fais des recherches sur le convoi de Rennes qui est parti (2 trains) les 3 et 4 août 1944 alors que la ville était encerclée par les Alliés et sera libérée le 4 comme tout le département. Malgré cela, 3 000 partiront vers les camps, dont 2 000 Résistants (le train de Langeais). Mes questions sont sans réponses depuis 10 ans, même au plus haut niveau de l’Etat. J’ai rencontré des survivants et, tous m’ont dit que jamais le convoi n’aurait dû quitter Rennes,qu’on avait laissé passer Il y eut d’autres "derniers convois qui se retrouvent avec beaucoup de similitudes. Je déplore, par exemple, qu’à Rennes il n’y a aucune trace de ce drame et que les politiques font la sourde oreille ! Je me bats pour la "VERITE" louis.provostic@wanadoo.fr

. > Les convois de déportation de l’été 1944 , envoyé le 22 février 2005, par Fonferrier Alain  

Mon grand-père le Colonel Paul FONFERRIER a fait partie de ce convoi lors de son départ de Rennes vers les camps de la mort en Allemagne Nazie. Il est arrivé à BELFORT au fort HATRY en août 1944 et fin août 44 il a été déporté vers Neuengamme où il est arrivé le 1er septembre 44 et enregistré sous le matricule 43706 et dirigé sur le kommando de travail de WILHELMSHAVEN le 4 septembre. Il a été "évacué" le 4 avril 1945 de ce kommando par le train. Le 7 avril 1945 ce dernier train a été bombardé à LUNEBOURG. Le Colonel d’Infanterie Coloniale Paul FONFERRIER a échappé à ce bombardement et a été dirigé le 8 avril 45 sur le camp de BERGEN-BELSEN. Ce camp mouroir a été libéré par les troupes britanniques le 15 avril 1945. Mon grand-père Déporté-Résistant y est décédé le 27 avril 1945 dans les bras d’un autre marsouin Onésime MALLET (Déporté-Résistant rentré et décédé en 1994 à la Réunion).

Merci pour les témoins et familles



. le train de déportés du fort du Ha de bordeaux du 9 Aout 1944. , envoyé le 21 février 2006, par André LABARBE dit le Bordelais  
En 1944,à l’age de 17n ans ,j’ai été arrèté par la la Gendarmerie de Jonzac (17), par suite de mon refus de travailler sur un chantier du STO dans la région de Mirambeau (17).remis a la gestapo j’ai été emprisonner à la Rochelle (16) au centre LAFFON .Condamner par le Tribunal Allemand de cette ville à 9 années de travail obligatoire à effectuer en Allemagne en mai 1944,j’ai été tranférer à la prison de fort du Ha à Bordeaux fin Juillet 1944.Le 9 Aout 1944,j’ai été mis dans un train former de wagons à bestiaux en partance de la gare ST JEAN . ce train s’appeler "Le train Fantôme", sa destination l’Allemagne .Ce train a mis 19 jours pour traverser la France en passant par le Vaucluse et les bouches du Rhône. Je me suis évadés en sautant du ce train le 24 Aout 1944 à Merrey Haute Marne .


 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


.Auschwitz, un bilan.
.Le bilan de la déportation en France
.Génocide, Shoah, Holocauste
.Les alliés et les camps
.Les "musulmans"
.Le Saint-Louis
.Le rôle du gouvernement de Vichy dans la déportation des juifs
."Mort en déportation"
.Janusz Korczak, une vie au service de l’enfance
.Combien d’enfants sont nés en déportation ?
...Retour à la rubrique

 


 

 

 

Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés