Plan - Autour de Lyon - Leçons de memoire - Nos liens - Contact et Copyright
 
Les "musulmans"
Les "musulmans"
 

D’où vient cette étrange appellation de "musulmans" citée par Primo Levi ?

 
 

samedi 1er décembre 2001 par Evelyne Marsura

Dans les camps, l’expression désigne les déportés à la veille de la mort.

Il y a dans le Siècle des camps de J Kotek et P Rigoulot, tout un long chapitre intitulé le « musulman » pages 365-369. On y trouve l’explication suivante :

(...) Tout est prévu, au camp, pour conduire l’individu à la désagrégation totale, à l’état de « musulman », terme employé par la plupart des KZ pour décrire le détenu à bout de forces, maigre et décharné, survivant dans un état voisin de la mort.

Plusieurs explications existent quant à l’origine de cette curieuse dénomination. Aucune n’est vraiment satisfaisante. Les SS l’ont-ils forgée par mépris des Arabes, censés être fatalistes et accepter sans broncher le sort qui leur fait ? Ou parce que certains détenus, se ceignant la tête de bandages et autres pièces de tissus, font penser à des porteurs de turban ? Mystère. Toujours est-il qu’à Ravensbrück, le seul camp exclusivement férninin, le même concept est exprimé, soit par Musezweiber (« musulmane »), soit par deux substantifs symétriques Schmutzstück et Schmuckstück, respectivement « ordure » et « joyau », presque homophones, l’un étant la parodie de l’autre. Les Italiennes n’en comprennent pas le sens cynique et, confondant les deux mots, prononcent « smistig » ". À Dachau, on utilise aussi le terme Kretiner (« crétin »), à Mauthausen Schwimmer (« nageurs »), à Neuengamme Kamele (« chameaux »), à Buchenwald müde Scheichs (« cheiks fatigués ») .

Bruno Bettelheim fait référence à cette dénomination à partir de son expérience dans les camps de concentration de Dachau et Buchenwald au moment de sa détention en 1938 et 1939 . L’auteur évoque les multiples manoeuvres visant à "détruire tout espoir du prisonnier d’avoir une influence sur son sort". Un peu plus loin, Bruno Bettelheim écrit : "Les prisonniers qui en venaient à croire les affirmations répétées des gardes, qu’ils ne quitteraient le camp qu’à l’état de cadavres, et qui avaient la conviction qu’ils n’avaient pas le moindre pouvoir sur leur environnement, devenaient littéralement, des cadavres ambulants. Dans les camps, on les appelait les "musulmans" en attribuant à tort leur comportement à une soumission fataliste à l’environnement analogue à celle qu’on impute aux musulmans.

Mais ces individus n’avaient pas, comme les véritables musulmans, pris la libre décision d’accepter leur sort. Au contraire, ils étaient si totalement privés de réactions affectives, d’amour-propre et de toute forme de stimulation, si totalement épuisés, physiquement et psychiquement, qu’ils se laissaient totalement dominer par l’environnement. Ils tombaient dans cet état le jour où ils renonçaient à exercer la moindre influence sur leur vie ou leur entourage."


. > Les "musulmans" , envoyé le 14 décembre 2002, par nicole.mullier  

Ils faisaient penser à des Arabes en train de prier.

H. Langbein, Hommes et femmes à Auschwitz




 

Autour de Lyon
La Seconde Guerre en Rhône-Alpes
Givors 1944
Les combats du Pont Rompu - Août 1944
La Première Armée Française à Mornant ( Rhône)
A Saint-Galmier, les 2 et 3 septembre 1944
Le bombardement de Saint-Etienne
Témoignages
Résistance intérieure
Militaires
Les camps, la déportation
Autres témoignages
Inclassable
Leçons de mémoire(s)
Voyage de la mémoire à Auschwitz
Les étrangers dans la résistance
En République Tchèque
Le camp de Stutthof en Pologne
Le Concours National de la Résistance et de la Déportation
Autour de "La Vie est belle"
Témoins en classe
Autour de la Seconde guerre mondiale
Mémoires
Déportation et camps
Les Tsiganes
Résistances
Les lois françaises
La vie quotidienne pendant la guerre
Divers
  Ils chantaient sous les balles...
  Contacts


.Auschwitz, un bilan.
.Les convois de déportation de l’été 1944
.Le bilan de la déportation en France
.Génocide, Shoah, Holocauste
.Les alliés et les camps
.Le Saint-Louis
.Le rôle du gouvernement de Vichy dans la déportation des juifs
."Mort en déportation"
.Janusz Korczak, une vie au service de l’enfance
.Combien d’enfants sont nés en déportation ?
...Retour à la rubrique

 


 

 

 

Déclaration C.N.I.L N°759239
en application de l'article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés